[:fr]

Jerome Caruso

À l’âge de 12 ans, Jerome Caruso trouva sa vocation lorsqu’un ami de son père lui fit découvrir le design industriel et qu’il entendit parler du concours organisé par General Motors portant sur des concepts de voitures futuristes. « Pendant des mois, tous les jours après l’école, j’ai travaillé dans le sous-sol à l’élaboration d’une maquette de voiture en argile », se souvient Caruso, « avant de la sculpter à la main dans un morceau de bois. C’est là que j’ai su ce que je voulais faire dans la vie, surtout après avoir remporté un prix. »

Caruso peaufine son talent de designer en Europe dans les années 60. Tout en étudiant à l’Université de Copenhague, il travaille dans le plus grand bureau de design de la ville. « La sensibilité d’approche du design européen m’a marqué à jamais », explique-t-il.
Décidant de se lancer en solo, il décroche des projets en Scandinavie, et à 26 ans il ouvre son propre bureau à Bruxelles, avec des clients en Belgique, en Angleterre, en France et en Allemagne. Il retourne ensuite aux États-Unis et continue à travailler seul. Ses nombreux projets vont des premières montres à cristaux liquides fabriquées par Motorola à la conception et à l’ingénierie du premier siège empilable de fabrication totalement automatisée pour le marché du mobilier professionnel américain (il figure désormais dans la collection d’Arts américains du Chicago Art Institute).
Caruso est surtout connu comme premier et unique designer de Sub-Zero depuis plus de 20 ans. On lui doit toute la gamme Sub-Zero de produits de réfrigération légendaires et d’innovations du secteur, dont les caves à vin. On lui doit également le système révolutionnaire de réfrigérateur à tiroirs Sub-Zero, élu l’un des 10 meilleurs produits de 1995 par le Time magazine. En 2002, pour le lancement de Wolf, entreprise partenaire de Sub-Zero, il crée 25 nouveaux accessoires de cuisine en l’espace de 18 mois.
Détenteur de 75 brevets de design, Caruso adopte une approche pratique et adore tout réaliser lui-même, concepts, plans, prototypes et ingénierie. « Plus le défi est important, plus c’est passionnant de trouver une solution », explique-t-il. Les sièges l’intriguent particulièrement et il se souvient clairement du défi posé par le siège Reaction de Herman Miller, un siège hautes performances primé, qu’il a conçu en collaboration avec son fils Steven.
Et d’ajouter avec un sourire que le siège Celle de Herman Miller lui a procuré « Une montagne de plaisirs. Au départ, j’ai imaginé une surface intelligente, ultra travaillée, qui serait le top du top en matière de confort d’assise. J’ai pensé à des centaines de minuscules « cellules », chacune composée d’un coussinet doté de ressorts en forme de boucles, destinés à soutenir et réagir à différentes zones de l’anatomie. » Fruit d’années de développement et de tests, le siège Celle est très proche du concept initial.
Aujourd’hui, dans son vaste studio lumineux de Lake Forest (Illinois), Caruso se passionne toujours autant pour le processus de design que quand il avait 12 ans. « Mon but a toujours été de réunir art et fonctionnalité dans des produits qui offrent d’excellentes performances et une superbe esthétique », précise-t-il.

  • Bureau | Studio

    Jerome Caruso Design
    Lake Forest, Illinois

  • Prix | Récompenses

    Prix du bon design, Chicago Athenaeum, 2003, Gamme Fours à convection, Gamme Tables de cuisson Radiant/Wolf Appliance Company
    Prix IDSA 2002, Gamme Fours à convection, Gamme Tables de cuisson Radiant /Wolf Appliance Company
    Prix IDSA 2002, Siège Reaction/Herman Miller
    Prix IDSA 2001, Caves à vin/Sub-Zero Freezer Co.
    Médaille d’or Best of NeoCon 1998, Siège Reaction/Herman Miller
    Prix d’excellence du design, Design Journal, 1998, Siège Reaction/Herman Miller
    Tour d’horizon annuel du design, I.D. magazine, 1998, Siège Reaction/Herman Miller
    Les 10 meilleurs produits de l’année, Time Magazine, 1995, Série 700 Sub-Zero
    Prix IDSA 1991, Siège Attiva/Thonet Industries
    Prix IDSA 1987, Série 500 Sub-Zero

[:en]

Jerome Caruso

Yves Béhar est un penseur. Et le futur occupe une part importante de ses pensées. Cela apparaît clairement dans ses créations, de son splendide PC portable laqué rouge pour Toshiba à ses élégantes sandales fermées Footprint pour Birkenstock, en passant par la superbe oreillette Aliph Jawbone pour téléphones portables. « Pour moi, le design a non seulement pour objectif de nous montrer l’avenir, mais il se doit également de nous y amener », déclare-t-il.

Fondateur de fuseproject (« consacré au développement de l’expérience émotionnelle procurée par les marques par le biais d’histoires »), Béhar explore l’univers du design depuis sa plus tendre enfance en Suisse. « En Europe, c’est quasiment inné d’évaluer les objets à la fois du point de vue fonctionnel et esthétique », explique-t-il.
Fils d’une Allemande de l’Est et d’un Turc, Béhar a grandi entre deux cultures. « L’une est fonctionnelle et moderne, l’autre expressive et poétique », dit-il. « Je m’efforce toujours d’intégrer les deux à mes projets. »
Malgré son jeune âge, ce designer a déjà une carrière impressionnante. Diplômé de l’Art Center College of Design, il travailla d’abord avec des clients high tech de la Silicon Valley comme Apple et Hewlett Packard, avant d’évoluer dans les secteurs sportif, vestimentaire, technologique et mobilier.
Dans l’un des innombrables articles qui lui sont consacrés, Béhar est décrit comme « le designer pluridisciplinaire de notre époque. » Parmi les nombreux prix qui lui ont été décernés, on compte le prestigieux National Design Award du Cooper Hewitt Smithsonian National Design Museum, où ses œuvres figurent dans la collection permanente.
En 2004, il présenta deux expositions individuelles, l’une au San Francisco Museum of Modern Art et l’autre au Musée de Design et d’Arts Appliqués Contemporains de Lausanne, en Suisse.
« Mon approche du travail avec mes clients consiste à établir un lien émotionnel par le biais d’idées et de contenu plutôt que par le style », explique Béhar. « Plutôt que le choix d’une esthétique ou d’une autre, je privilégie les conversations approfondies où les interlocuteurs s’accordent sur l’approche et l’orientation. »
Sa collaboration avec Herman Miller est le fruit d’une conversation de ce type. Grand admirateur de Charles et Ray Eames, Béhar avait décidé de réaliser lui-même quelque chose pour la société. « Le design est au cœur même de la culture de Herman Miller », dit-il. « Alors un jour, je les ai tout simplement appelés pour leur dire: « Et si nous travaillions ensemble ? » »
Quatre ans plus tard, Herman Miller lançait deux lampes particulièrement novatrices, Leaf et Ardea.
Étant donné la vaste gamme de produits sur lesquels il travaille, Béhar pourrait avoir du mal à penser à autre chose qu’au design. « Pas du tout », s’exclame-t-il. « J’ai beaucoup d’autres centres d’intérêt, ce qui me permet d’atteindre un équilibre personnel. J’adore notamment le surf, la planche à voile et le snowboard. Du coup, je passe énormément de temps au contact de la nature. »
Quant à l’avenir, Béhar se dit satisfait de concevoir des produits pour des entreprises qui « recherchent l’innovation, le changement, la transformation. Cela me passionne de travailler avec des gens qui vont de l’avant, qui sont tournés vers l’avenir, la nouvelle génération. »
Il semblerait bien que Béhar soit tout indiqué pour les y mener.

  • Bureau | Studio

    fuseproject
    San Francisco, Californie
    New York, New York

  • Prix | Récompenses

    IDEA, Twist (Bronze), Ardea (Argent-eco, Or-ID), 2010
    GOOD Design Award, Ardea et Twist, 2009
    Green GOOD Award pour Leaf, 2009
    Red Dot Design Award pour Leaf, 2008/9
    Spark Award pour Leaf, Argent, 2007/8
    ID Magazine, Concours de design annuel, 2002/3/4/5/6
    IDEA, Business Week Prix d’excellence Or, Argent
    et Bronze (17), 2001/2/3/4/5

[:]